Côte d’Ivoire : La bataille des chiffres après les élections régionales

9 953
Listen to this article

Abidjan le 8 septembre 2023 – Il avait rassuré de la loyauté de ses administrés. Il avait aussi rappelé le socle du respect de ses engagements vis-à-vis de ses populations.
En précampagne comme lors de la campagne, le discours du maire sortant de la commune de Tiassalé, Assalé Tiémoko n’a pas varié d’un iota.
« J’ai décidé de me mettre au service de mes concitoyens pour défendre leur cause », ne cesse de rappeler Assalé Tiémoko, sollicitant un second mandat à la tête du conseil municipal de Tiassalé pour, dit-il, continuer à les services.
Le 02 septembre, son message a été entendu. Les électeurs de Tiassalé sont sortis massivement pour voter. Et leur choix s’est porté sur celui en qui, ils se reconnaissent. Ce choix s’est porté sur le maire sortant, Assalé Tiémoko.

Tiassalé, désormais Creuset de l’éveil de conscience

Cette réélection à la tête de la commune de Tiassalé aussi bien que celle du plateau, de Cocody et de Port-Bouet, conduisent aux observations suivantes :
L’expression de la liberté est acquise et totale. Les électeurs ont pu voter sans contraintes même si à certaines autres contrées du pays, la violence à été servie pendant le scrutin.
Ensuite l’expression dans les urnes est un message fort que les populations de Tiassalé et des quatre communes du district d’Abidjan, raflées par l’opposition, envoient au régime du Président Ouattara pour dire qu’elles sont les seules et unique maître de leur choix. Rien ne peut changer leur vote. Même pas des billets de banque pour avoir raison d’une population de Tiassalé en phase avec leur maire sortant. Désormais le peuple a décidé d’opter pour des hommes et des femmes indépendant.e.s dans l’esprit et dont le seul engagement d’être au service de leurs mandants, de partager leur quotidien, de porter leurs fardeaux compte pour lui.
Cette élection dénote surtout de l’état de l’esprit, la prise de conscience d’un peuple dont la dignité est sacrée.
Enfin la dernière observations porte sur l’occupation du terrain pour les forces politiques en présence.
On annonce une victoire ÉCRASANTE de parti au pouvoir. Il a raflé quasi totalité des sièges des communes pourvus, soit 123 contre 45 pour l’opposition ou soit encore 123 contre 22 pour le vieux parti, le PDCI d’Houphouët-Boigny dont ils se réclament des idéaux.

La vérité du terrain

Mais à la vérité, le Rhdp a perdu la bataille d’Abidjan. Les recours dans les communes qui ont échappé à leur vigilance en sont une des preuves. Il en a réellement conscience que 2023 n’est pas encore joué pour lui. Voilà pourquoi, les perdants, bien qu’ayant reconnus la victoire de leurs adversaires au lendemain de la proclamation des résultats par la Cei, ils reviennent à la charge. Erreur d’appréciation politique dès les premières heures

Il faut donc rectifier.
Perdre les communes de Port-Bouet, du plateau et de Cocody est une vraie et cuissante défaite pour le parti au pouvoir. Et une grande victoire pour le PDCI de Bedié.
En effet, le chef de l’État qui habite dans la commune de Cocody est désormais un administré du maire de cette cité.
Il en est de même pour les communes du plateau où il travaille et celle de Port-Bouet où il accueille ses hôtes et prend ses vols pour ses différents voyages.
Le Chef de l’État ne peut pas se passer de ces maire dans la majeure partie de ses activités.
Le parti des maires de Port-Bouet, Plateau et de Cocody est le parti qui restera gravé dans la mémoire collective de hautes personnalités en visite en Côte d’Ivoire. Voilà qui est un fait indiscutable. L’écrasante majorité dont il est question, est relative puisque la population électorale de ces trois communes en y ajoutant celle de Marcory, raflée encore par le PDCI, pèsent lourd l’élection du président de la République.

Une analyse de Jules Eugène N’DA, journaliste, DP de artici.info
Photo : montage Cissé bacongo et Maurice Guikahué