Côte d’Ivoire : Journalistes, régulateurs et acteurs des OSC de la sous région au labo pour contrer la desinformation 

601

 

Abidjan le 5 décembre 2023 – Une conférence de haut niveau sur le « renforcement de l’intégralité de l’information pour contrer le recul de la démocratie dans les pays du Sahel et les pays voisins » s’est ouverte ce mardi 5 décembre 2023 à Abissa Lodge 2 d’Assinie. Et c’est à l’initiative du NDI qui, dans le cadre de son programme régional précédent intitulé « Favoriser la coopération interrégionale pour des politiques de sécurité inclusives

dans la région du Liptako-Gourma » financé par le National Endowment for Democracy (NED), a donné rendez-vous aux acteurs des médias en ligne, les organes de régulation des médias et les organisations de la société civile (OSC) du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali et du Niger pour y réfléchir.

Avant d’ouvrir la séance, les recommandations de l’atelier de Grand-Bassam ténu en les 1er et 2 août dernier, rappelant l’objectif visé par la présente conférence, a été présenté.

Ces recommandations mettent l’accent sur la nécessité de :

– renforcer la culture numérique, la consommation responsable de médias et l’utilisation sensible au conflit des outils en ligne au sein des populations

– renforcer les capacités des acteurs des médias, des blogueurs, des influenceurs dans le processus de vérification de l’information.

Exposant sur « la démocratie en Afrique de l’Ouest à l’épreuve de la manipulation de l’information », thème de ce conférence régionale, Dr Bangali N’Goran a indiqué qu’en ce concerne la désinformation, il y a « une intention, une volonté manifeste de l’auteur de ruiner la réputation d’une institution, de saboter une politique publique ».

Pour y faire face, estime Dr Bangali, il faut une éducation citoyenne des populations à l’utilisation responsable des réseaux sociaux.

La désinformation a toujours circulé dans les communautés. Le « bouche à oreille », est un vecteur de désinformation, un vecteur de rumeurs révèle Mahamane Hamèye Cissé, régulateur des médias au Mali. « De bouche à oreille, l’information se déforme au fur et à mesure qu’elle est relayée », explique-t-il.

« Aujourd’hui, il y a beaucoup d’ivraie que de bons grains, a-t-il conclu.

JEN