Hommage à l’ex-président du PDCI-RDA : Trois moments forts des relations Gbagbo-Bedié expliqués par Hubert Oulaye du PPA-CI

Les présidents Gbagbo et Bédié ont posé les fondements de notre démocratie naissante

414
Listen to this article

Abidjan le 27 mai 2024 – Le secrétaire général du PPA-CI, Hubert Oulaye a affirmé vendredi 24 mai 2024 à l’occasion de l’hommage rendu par l’Assemblée Nationale qu’a présidé le président Henri Konan Bédié de 1980 a 1993 que l’homme est un vrai démocrate qui aura permis d’asseoir avec Laurent Gbagbo les fondements de la démocratie naissante en Côte d’Ivoire.

« Nous députés de la législature 2021-2025 sommes réunis dans l’enceinte de l’Assemblée Nationale non pas pour examiner un texte de loi mais plutôt pour pleurer un législateur, pour rendre hommage à grand homme d’État, un homme d’une envergure exceptionnelle. Notre pays est en deuil le 1er août 2023. Un baobab de la Côte d’Ivoire est tombé. Le président Henri Konan Bédié nous a quitté. Le président Henri Konan Bédié avant d’être l’homme d’État que tous nous connaissons, était un homme de droit et de loi ; Docteur en droit, avocat. Il a dans son parcours de vie, grandement contribuer à la production des lois.
Le groupe parlementaire PPA du président Laurent Gbagbo voudrait saisir l’occasion de la présente cérémonie d’hommage pour saluer avec déférence la mémoire de l’illustre disparu et rendre un hommage appuyé à ce grand serviteur de l’État. Cet homme qui a combattu le bon combat et qui nous quitte à jamais. Le président Henri Konan fait partie des grands bâtisseurs de la Côte d’Ivoire dont les noms sont inscrits pour la postérité. Des personnes mieux indiquées rappellerons certainement ses hauts faits à l’occasion des différents hommages.
Le groupe parlementaire PPA-CI voudrait pour sa part faire part de trois moments forts des relations entre son leader le président Laurent Gbagbo et le président Henri Konan Bédié qui démontre de l’évolution progressive positive de leur rapport dans le domaine politique au cours des 30 dernières années. En 1990, le président Laurent Gbagbo et 8 de ses camarades faisaient leur entrée pour la première fois à l’Assemblée Nationale. Élus sous la bannière du front populaire ivoirien, 9 députés, il leur était impossible de se constituer un groupe parlementaire. En effet, à cette époque, les dispositions du règlement de l’Assemblée Nationale imposaient de réunir au minimum 10 députés pour former un groupe parlementaire. Le président Henri Konan Bédié, alors président de l’Assemblée Nationale autorisera la révision du règlement pour ramener ce nombre à 8 afin de permettre au front populaire ivoirien d’avoir son groupe parlementaire. Ce fût le premier moment. Au cours des années suivantes, de 1995 à 1999, la Côte d’Ivoire a vécu les tensions du boycott actif mais également l’apaisement lié au dialogue politique direct entre le gouvernement et l’opposition. Ce fût le deuxième moment. En effet, en réponse au slogan du secrétaire général du FPI à l’époque, monsieur Laurent Gbagbo ; asseyons nous et discutons, le président Bédié à accepter d’entamer des discussions pour déboucher sur des acquis indéniables pour l’avancé de la démocratie dans notre pays. Oui beaucoup ne le savent pas ou l’ont oublié. Ces deux personnalités ont posé des fondements solides pour notre démocratie pluraliste naissante qui ont pour nom ; le vote à 18 ans, les urnes transparentes, les procès verbaux multiples, l’égalité des candidats en terme de temps de passage à la télévision. Le troisième moment concerne l’histoire récente et douloureuse de notre pays qui part de 2002 à aujourd’hui avec pour paroxysme le conflit militaro politique de 2010-2011. Le transfert du président Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale ; son procès, son acquittement puis son retour en Côte d’Ivoire. Dans ce parcours digne d’un martyr, le président Laurent Gbagbo et ses compagnons de lutte n’oublieront jamais l’acte fort que constitue la visite de compassion fraternité rendue par le président Henri Konan Bédié et son épouse au président Gbagbo à Bruxelles le 29 juillet 2019. Ce haut geste politique, emprunt d’humanisme franc a marqué tous les esprits en Côte d’Ivoire comme ailleurs et a scellé depuis cette date il une alliance politique entre nos deux partis ; le PDCI et le Eds-PPA-CI matérialisé par un accord signé des deux présidents en 2019. Dès son retour en Côte d’Ivoire, le 17 juin 2021, le président Laurent Gbagbo a consacré sa première visite nationale à son aîné chez lui à Daoukro pour lui traduire sa gratitude. C’était le 10 juillet 2021. Cela dénote que celui que nous pleurons aujourd’hui ne comptait pas seulement pour sa famille, son parti politique mais aussi pour le président Laurent Gbagbo et son parti politique ; le PPA-CI. C’est au nom de ce rapprochement autant politique que fraternel que 52 députés de la présente législature dont votre serviteur ont été élus en mars 2021 sous la double investitures du PDCI et de EDS, aujourd’hui PPA-CI. Avec l’accord du président Henri Konan Bédié et du président Laurent Gbagbo ont convenu d’un vote consensuel favorable à l’élection de l’actuel président de notre président de l’Assemblée Nationale; monsieur Adama Bictogo », a témoigné Hubert Oulaye au pupitre.