Côte-d’Ivoire : la Tabaski célébrée à la cité balmer de San-Pedro

A l’instar des autres localités de la Côte d’Ivoire, les fidèles musulmans de la mosquée centrale de cité Balmer, dans la commune de San-Pedro, ont célébré ce samedi 09 juillet 2022 à la place de ladite mosquée, l’édition 2022 de la fête de l’Aïd-El-Kébir (Tabaski). C’était en présence du sous-préfet central, Koné Kapié, du 1er adjoint au maire, Gbéri Youkou Pierre, du préfet de police, Yéo Kollo et du délégué régional du CNJCI, Bamba Guillaume Karnan.

Les fidèles musulmans de la mosquée ont répondu présents sur la place de la mosquée pour assister aux prières dirigées par l’Imam principal, El adj Traoré Mohamed Kissima. Dans son sermon, l’Imam a appelé les fidèles musulmans à l’endurance et à la patience.

« La communauté musulmane a connu des épreuves pendant l’organisation du pèlerinage de cette année. Nous étions à 10 milles pèlerins par le passé et cette année nous n’atteignons même pas 5 milles. C’est donc une épreuve pour nous en tant que croyants. Mais la vie étant faite d’épreuves, il nous faut accepter ces épreuves venant de Dieu. Pour ceux qui ont pu partir, nous disons merci à Dieu. Et pour ceux qui n’ont pas pu partir aussi, nous recommandons la patience jusqu’à l’année prochaine », a exhorté l’Imam Traoré Kissima avant de rappeler, les difficultés survenues dans le monde, liées à la pandémie de la Covid-19 et la crise en Ukraine.

Pour lui, la commémoration de la fête de la Tabaski, est une occasion pour appeler à l’unité des différentes confessions religieuses en vue de faire face à ces difficultés.

« Selon ce qui a été dit, l’avènement de la Covid-19, allait avoir un impact négatif sur l’Afrique; mais par la grâce de Dieu, l’Afrique a été épargnée d’une manière générale. Et aujourd’hui, nous sommes en pleine crise en Ukraine. On parle de la famine, mais le Dieu qui nous a épargné de la covid-19, ce même Dieu est là pour nous. Il va nous épargner mais seulement en une condition. Que les gens restent soudés, que nous nous aimions les uns et les autres. Que toutes les religions mettent tout en œuvre pour rapprocher les fidèles », a-t-il indiqué.

Venu apporter son soutien aux fidèles musulmans, le sous-préfet central, Koné Kapié les a invités à l’union pour le développement de San-Pedro. « Que le partage, la solidarité avec tout le monde, la cohésion sociale reste au cœur de cette fête, parce que nous avons besoin de paix », a plaidé Koné Kapié soulignant la nécessité de l’engagement des uns et des autres dans le processus de paix pour que les élections de 2023 dans la circonscription administrative de San-Pédro se déroule sans hertz.

Zétia

Related posts