Lutte contre le réchauffement climatique : l’hévéaculture est une solution selon le président de l’Apromac

le président de l'apromac, krémien malan Eugène est formel, l'hevea contribue à dépolluer l'atmospère (Poto: Eli Kouassi, Cicg)

« L’hévéa ne dégrade pas le sol. Il le reconstitue », a affirmé Eugène Krémien Malan ce jeudi 19 mai 2022, lors d’un point de presse en marge de la COP15 qui se déroule à Abidjan.

« Il capte le carbone (CO2) et rejette dans l’atmosphère l’oxygène (O2), donc le débarrasse du carbone. L’hévéa est un produit noble et moins polluant. C’est une culture d’avenir », a justifié le président de l’Association des professionnels du caoutchouc naturel de Côte d’Ivoire (APROMAC) qui recommande la culture de l’hévéa comme une solution dans la lutte contre les réchauffements climatiques.

Dans les zones de culture de l’hévéa, relève le président de l’Apromac, on note une augmentation de la pluviométrie et donc permet, non seulement, de garder le couvert végétal, favorise la culture d’autres produits alimentaires. Aussi, annonce Krémien Malan, l’apromac est prête à s’engager dans les programmes de reboisement.

Réitérant son appel ‘‘l’hévéaculture n’est pas un obstacle à la sécurité alimentaire, au contraire c’est un atout’’, propos tenu à l’édition 2019 du SARA, Krémien Malan Eugène, renvoie aux expériences réussies dans la culture intensive. En effet, l’hévéa peut, avant la cinquième année, explique Mme Boko Chantal la spécialiste de la culture mix à l’Apromac, cohabiter avec l’igname, la banane, le manioc, le maïs etc.

La Côte d’Ivoire est 1er producteur africain de caoutchouc, soit 70% de la production africaine, elle occupe le 4ème rang mondial avec un chiffre d’affaire de 850 milliards de FCFA dont 535 milliards FCFA payés aux producteurs pour la campagne 2021.

Le prix qui, selon le président de l’apromac, évolue en dent de scie, est fixé aujourd’hui à 374 FCFA/Kg, soit 63% du prix fixé à la bourse de Singapour.       

JEN

Related posts