Côte d’Ivoire : Un réseau fait le bilan des 4 années de ses actions en faveur de l’éducation

La semaine mondiale d’action pour l’éducation a été célébrée le 27 avril 2022 à San-Pedro sous le thème: « Protégeons l’éducation en situation d’urgence, surtout pour les couches vulnérables défavorisées, maintenant! ». 

En prélude à cette célébration, une cérémonie a été organisée par le Réseau Ivoirien pour la Protection de l’Éducation pour Tous (RIP-EPT) avec le soutien du Ministère de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation (MENA).

Ont pris part le corps préfectoral de San-Pedro, le conseil municipal, la Direction régionale de l’Éducation Nationale, les Organisations de la Société Civile, parents d’élèves et syndicat d’enseignant et les médias.

En effet, depuis la prise d’engagement par la Côte-d’Ivoire d’œuvrer des Objectifs de Développement Durable (ODD) d’ici 2030, quel est le bilan dans sa mise en œuvre ?

Selon,   Kouassi Jacques, représentant le président  national de RIP-EPT, depuis le début de la mise en œuvre PSE 2016-2025, c’est environ 5022 milliards de FCFA qui ont été injectés dans le système éducatif ivoirien de 2017 à 2020.

Malgré ces appuis financiers, des défis demeurent à relever. Selon Kouassi Jacques, ce montant reste insuffisant en raison de la forte demande dans le secteur éducation.

Pour Béhouly Tétialy Gaston, Président du Réseau Ivoirien pour la Protection de l’Éducation pour Tous, la célébration de la Campagne Mondiale pour l’Éducation est une occasion ultime pour la société civile de mobiliser une fois encore les citoyens à la participation au développement des politiques éducatives et aux suivis des progrès vers la réalisation de l’ODD. 

Le système éducatif ivoirien, souligne-t-il, a besoin d’une définition claire et précise d’une politique d’éducation de qualité intégrant l’ODD dans toutes ses dimensions mais aussi qui tiennent compte des nouvelles thématiques émergentes telle que la non-violence et l’éducation inclusive. Il a alors appelé les élèves à un travail sérieux et soutenu à l’école pour contribuer à la promotion de la paix.

La représentante du préfet de région, Mme Nandjui née Akadjé Antoinette Annick, le thème internationalement retenu invite les citoyens à un changement de comportement vis-à-vis des enfants handicapés.

Selon elle, informer et sensibiliser les populations sur l’Éducation pour tous, créer un cadre de collaboration avec les organisations nationales et internationales d’appui à la promotion humaine, contribuer à l’amélioration du système éducatif, participer à la création d’établissements d’éducation à caractère social, mener des actions en faveur de la campagne mondiale de l’éducation sont autant de missions à saluer vu qu’elles s’inscrivent dans le cadre du bien-être des enfants.

Il appartient, rappelle-t-elle, à la société civile de faire le suivi de la réalisation de ces engagements afin d’inverser la crise généralisée qui touche l’éducation dans bon nombre de pays dans le monde et en Afrique en particulier.

Zétia

Related posts