Affaire Touré Ahmed Bouah « gruge un opérateur économique » : L’intéressé dénonce un complot visant a l’opposer a monsieur Bouah

El Soukieh Hussein, l’opérateur dénonce une cabale.‘’Je m’appelle El Hussein Soukieh. Ce matin (mardi 11 janvier 2022), je me suis réveillé avec un grand étonnement, de voir mon nom sur Internet, pour dire des choses sur Touré Ahmed Bouah. Je suis d’autant plus étonné, parce que, ce monsieur est comme mon papa. Je n’ai jamais eu de problème avec lui. Nous avons travaillé ensemble. C’est un monsieur très gentil. Ce sont des personnes tapies dans l’ombre qui veulent nous mettre en palabre et gâter son nom. Il faut que celui qui a mis mon nom sur Internet, l’enlève. Je ne suis pas du tout content.’’ Ces propos sont contenus dans un élément vidéo de cet opérateur économique, cité par le journal en ligne Le Débat Ivoirien. Dans une ses parutions du mardi 11 janvier 2022, le site titrait : ‘’Urgent-Abidjan : Touré Ahmed Bouah et ses quelques petites affaires qui pourra arrêter l’homme d’affaires aux abords de la lagune Ebrié’’. Citant El Hussein Soukieh, le journal écrit que ‘’l’opérateur n’arrive pas à joindre les deux bouts. Parce que, le patron de Sophia S.A, Touré Ahmed Bouah, refuse de lui verser le reliquat, après les travaux de la rénovation d’une de ses résidences, à Cocody Vallon’’. Etonné et se disant choqué, El Hussein Soukieh a décidé de faire un démenti. Car, selon lui, ces informations sont fausses et dénaturées. C’est pourquoi, il a réalisé cette vidéo. Mieux, il a envoyé un droit de réponse aux responsables du site. ‘’Monsieur le Directeur, votre article laisse clairement apparaître que M. Touré Ahmed Bouah , me doit de l’argent à l’occasion d’un marché que j’aurais exécuté. Je vous informe que je ne me reconnais pas dans vos déclarations. Si vous avez des comptes à régler avec M. Touré Ahmed Bouah, je vous prie de les régler avec lui sans m’en incriminer. Monsieur Touré Ahmed Bouah, promoteur de la ville nouvelle ville Akwaba City, reste pour nous tous, entrepreneur ivoirien ou pas, un modèle, voire une icône à protéger. Je ne m’autoriserai pas à le salir. Je me réserve le droit de donner une suite judiciaire si telle publication continuait avec mon nom. Je vous oblige conformément à la loi, à publier mon droit de réponse dans les mêmes conditions que votre parution du 11 janvier 2022’’, a déclaré El Soukieh Hussein dans une note de protestation.

Le titre est de la rédaction

Related posts