Côte-d’Ivoire : Les élèves de San-Pedro sensibilisés sur les actes non-violence

Dans le cadre de la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles, la direction régionale de la famille   en collaboration avec la commission de l’UNHCR de San-Pedro, a organisé le vendredi 3 décembre 2021, une campagne de sensibilisation sur les violences en faveur des élèves du Lycée Moderne Inagohi de San-Pedro.
« Nous venons à travers cette manifestation, non seulement, sensibiliser sur tous les types de violences, mais surtout sur les interruptions et les congés précipités », a indiqué Assané Amadou, Directeur régional de la femme, de la famille et de l’enfant de San-Pedro.
La campagne des 16 Jours d’activisme contre la violence basée sur le genre est un événement international annuel qui débute tous les 25 novembre, date de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Cette campagne se poursuit jusqu’au 10 décembre, date de la Journée des droits humains.
Lancée par des activistes du premier institut international pour le leadership des femmes (Women’s Global Leadership Institute), la campagne continue d’être coordonnée chaque année par le Centre pour le leadership mondial des femmes (Center for Women’s Global Leadership).
Elle sert de cadre stratégique aux personnes et organisations du monde entier qui appellent à l’action pour prévenir et éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles.
« Violer une femme, c’est violer sa fille, son épouse, sa sœur, sa mère ; mettons-y fin maintenant  » est le thème central de cette sensibilisation.
Cette initiative, estime le Directeur Régional de la femme, de la famille et de l’enfant, permet la prise de conscience de tous les acteurs du Lycée mais surtout, la prise de conscience des élèves sur les problèmes liés aux violences.
Cette vision saluée par le proviseur du Lycée Moderne Inagohi, N’zoumanan Kouamé, lui a donné l’occasion d’inviter les élèves à tourner le dos aux pratiques malsaines à l’école et à se concentrer sur leurs études.
Le Secrétaire général de la DREN, Monney Séka Blaise, représentant le Directeur régional de l’éducation nationale, a dénoncé les comportements déviants auxquels il invite les élèves à tourner le dos.
Il s’agit des perturbations de l’école, la consommation de l’alcool et de la drogue, l’indiscipline, le manque de respect aux enseignants et même aux parents, l’utilisation des téléphones portables au sein de l’établissement et même dans les salles de classe.
Il a également déploré les affrontements, les récurrentes bagarres dans les établissements scolaires, entre groupes d’élèves, souvent avec des objets contondants.
Au cours de cette séance de sensibilisation, la Clinique Juridique représentée par Fofana Maténé Maïmouna, a instruisant les élèves  sur les différentes formes de violences et a mis en garde les auteurs de ces violences des conséquences qu’ils encourent. « Nul ne peut en user impunément sans s’attirer les ennuis judiciaires », a-t-elle prévu.
Zétia

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
11 × 9 =