Côte d’Ivoire : l’AIBEF de San-Pedro remet des kits aux ex-porteuses de fistules de la localité

L’Association Ivoirienne pour le Bien-être Familial (AIBEF) en collaboration avec l’Association pour la promotion de la santé de la femme, de la mère, de l’enfant et de la famille (APROSAM) et la direction départementale de la santé, a remis le vendredi 26 novembre 2021, des kits de démarrage des Activités Génératrices de Revenus (AGR) à seize (16) ex-porteuses de fistules obstétricales.

Ces kits composés, entre autres, de paquets de mèches, de gammes de produits cosmétiques, de cuisinières, de pâtes alimentaires, de boîtes de conserves, de presse-manioc, ont une valeur totale de 800.000  FCFA.

En effet, l’AIBEF met en œuvre depuis 2012 un projet de réinsertion des femmes ex-porteuses de fistule obstétricale. Ce programme est mis en œuvre dans neuf localités à savoir, San Pedro, Gagnoa, Man, Bondoukou, Korhogo, Bouaké, Bouna, Séguéla et N’Douci (centre saint Jean Baptiste de Bodo).

Cette activité  s’inscrit dans le vaste programme de lutte contre les fistules obstétricales financé par l’Agence internationale de coopération coréenne (KOICA) à travers le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA).

L’AIBEF a eu pour mission dans ce projet d’identifier les femmes porteuses de fistule, de les référer au CHR de San-Pedro  pour leur prise en charge chirurgicale gratuite et également de les réinsérer dans le tissu social. Ainsi de 2013 à ce jour, environ 300 femmes ont été opérées et sont guéries de cette maladie dite « de la honte ».

La fistule obstétricale, rappelle-t-on, est une communication anormale entre l’organe génital féminin, la vessie et/ou le rectum qui survient chez la femme à la suite d’un accouchement difficile. Elle peut être également causée entre autres, par des viols, des pratiques obstétricales inadaptées ainsi que les mutilations génitales.

Zétia

Related posts