Côte d’Ivoire – San-Pédro : Nabo Clément et ses parents reparlent et dissipent les malentendus

Une rencontre de trois heures pour se parler afin de dissiper les malentendus entre le sénateur Bouéka Nabo Clément, ex-député maire de la commune de San-Pedro et ses parents Kroumen a eu lieu le mercredi 29 septembre 2021.

Au terme de ces échanges qui se sont déroulés à la fondation Nemlin Félix à San-Pedro village, Koyé Gnépa Pascal, chef de canton central de la région  de San-Pedro, par ailleurs membre du directoire de la chambre des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire en a donné le contenu.

« Il y a eu des dissensions entre notre fils Boueka Nabo Clément qui, à un moment donné de notre histoire s’est comporté de façon anormale envers les chefs que nous sommes », a souligné le chef Gnépa non sans rappeler que ces malentendus survenus aux termes des dernières élections ont conduit à une rupture entre lui et les chefs.

Conscient de la situation l’ex premier magistrat de la commune a alors délégué les chefs de Grand-Béréby pour obtenir le pardon des siens.

« On a accepté le pardon, mais j’avais demandé en son temps qu’il vienne lui-même en personne pour que nous puissions nous saluer. C’est donc chose faite ce matin », a expliqué le chef Koyé Gnepa Pascal.

Cette rencontre aura permis aux uns et aux autres de se parler franchement mais fraternellement et de se vider des ressentiments qui les habitaient.

Ainsi Nabo Clément et les chefs Kroumen ont pu fumer le calumet de la paix confirme Nemlin Goué Pierre, le chef de canton central.

« Désormais, nous allons marcher avec lui en tant que notre fils », a-t-il indiqué. 

Selon lui, cette  rencontre n’est pas la dernière. D’autres suivront pour consolider les acquis afin de dissiper définitivement les nuages des malentendus qui se sont installés dans les rapports entre le sénateur et ses parents ces dernières années.

« Je salues sa majesté Koyé Gnepa Pascal et tous  les chefs présents pour avoir répondu à cet appel. Le développement de notre région, telle est l’ambition qui m’amène à faire taire nos divergences. Car le développement ne peut se faire sans l’entente entre les fils et filles de San-Pedro », a déclaré très soulagné Bouéka Nabo Clément en langue Bagwé traduite par en français par un traducteur présent à cette rencontre qui a pris l’allure d’une cérémonie. 

Zétia

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
26 − 21 =