Côte d’Ivoire : Une ONG sensibilise sur l’appropriation des méthodes conventionnelles de l’avortement à San-Pédro

Un atelier de clarification des valeurs et transformation d’attitude relative aux avortements non sécurisés (VCAT) se tient présentement à San-Pedro.
Organisé par l’IPAS Afrique francophone un atelier sur l’avortement non sécurisé a ouvert le 15 septembre et prendra fin le 17 septembre 2021, à la salle de conférence de l’hôtel Nahoui de San-pedro avec pour participants les leaders d’opinion et de la société civile de la localité.
Il s’agit de permettre aux participants d’avoir une bonne connaissance de l’applicabilité de du protocole de Maputo relatif à l’avortement non sécurisé en Côte d’ivoire mais surtout aux participants d’avoir connaissance des engagements de la Côte d’Ivoire en matière de santé de la reproduction au plan national et international. Permettre enfin aux leaders d’opinion d’avoir une connaissance sur la Santé Sexuelle et Reproduction (SSR) et les Droits à la Santé Sexuelle et Reproduction (DSSR).
Maputo autorisant la femme à pratiquer l’avortement en cas de viol, en cas d’inceste ou la grossesse met en danger la santé physique et psychologique de la femme, ce protocole ratifié par le Gouvernement ivoirien et publié au journal officiel en 2012 a besoin d’être porté à la connaissance des populations.
En Côte d’Ivoire, plus de 6 avortements sur 10 sont à risque, impliquant des  méthodes non-recommandées.
Ces pratiques non-recommandables sont à l’origine de la hausse de la mortalité maternelle en Côte d’Ivoire chaque année au point d’inquiéter sérieusement la société.
Selon le directeur-coordonnateur adjoint du programme national de la santé de la mère et enfant, Andoh Hyacinthe en 2012, une enquête démographique et de la santé (EDS) a relevé 614 décès  pour 100 000 naissances vivantes contre 645 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2015. 18% de la mortalité maternelle, souligne-t-il, sont liés à ces avortements.
“En une année, sur 1000 femmes âgées de 15 à 49 ans le taux celles qui pratiquent l’avortement est plus élevé celles âgées de 20 à 29 ans », révèle  Andoh Hyacinthe.
Le ministère de la santé, rappelle-t-il, voudrait que la planification familiale soit le premier recours et pour cela il convient de sensibiliser d’avantage les femmes à l’utilisation des méthodes contraceptives.
Zétia

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
20 + 22 =