Côte d’Ivoire : Le CUPD démarre ses activités de sensibilisation à la paix à San-Pedro

Le Club UNESCO Paix et Développement (CUPD) a procédé au lancement de ses activités de sensibilisation  à la paix et à la cohésion sociale dans la localité de San-Pedro le samedi 27 mars 2021.

Ces activités qui s’inscrivent dans le cadre de la micro-initiative de CUPD dénommée ‘’culture vision 2021‘’ bénéficie du financement de l’Union Européenne (UE) dans le cadre du projet liane 2. Celles-ci seront coordonnées dans cette zone sud-ouest par le Centre Régional d’Appui à la Société Civile, section zone sud (CRASC-SUD).

Cette activité sera consacrée à ‘’la préparation de groupe de jeunes aux jeux concours sur la promotion de la paix et l’organisation de jeu concours de ‘’culture vision 2021’’. Elle sera sanctionnée par la désignation et la récompense du meilleur messager de la paix de la région.  Telles sont les principales actions annoncées par Béouli Tétiali Gaston, Président de CUPD. 

Cette rencontre inaugurale placée sous la présidence du préfet de région est parrainée par le délégué du médiateur de la République des régions de San-Pedro, Nawa, Gbôklè, Beugré Takouo Félix.

C’est autour de ce thème : « Comment la Société  civile ivoirienne peut-elle contribuer efficacement à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale ?», que les populations ont été entretenues dans les locaux de l’Alliance Française de San-Pedro. 

C’est une invitation, souligne Tétiali Gaston,  faite aux Organisations de la Société Civile (OSC) ivoirienne à la promotion de la paix et de la cohésion sociale.

« L’objectif de cette conférence est d’aider des OSC à la prévention des conflits ; à désamorcer les violences  afin d’instaurer une véritable politique du vivre ensemble indispensable pour la Côte d’Ivoire », a-t-il indiqué.

Cette implication remarquée du CUPD a été saluée par tous les orateurs en particulier le PCA de CRASC-SUD et le parrain de la cérémonie.

Cette initiative du Club UNESCO Paix et Développement, explique Seydou Camara, ne constitue qu’une suite logique des objectifs des CRASC qui ont inscrit la sensibilisation sur le vivre-ensemble dans leurs actions prioritaires pour la population.

Le projet LIACNE2, insiste-t-il, est le passage obligé pour toutes les organisations de la société civile pour relever ce défi.

Le délégué médiateur de la République a quant à lui, exhorté les Organisations à s’inscrire dans cette dynamique.  

Car, selon lui, la Côte d’Ivoire ne doit pas altérer son développement en mettant en péril sa stabilité et la paix. Le bon ton, la tolérants, l’acceptation des différences, la culture du pardon doivent primer sur toutes les actions afin d’éviter la haine et fragiliser la cohésion sociale.

Lors de son exposé sur le thème, Kouamé Bianchi, inspecteur général de philosophie à la DRENET-FP de San-Pedro, prévient que sans aucune formation et information aucun OSC ne peut maîtriser les méthodes et stratégies de règlement de conflits.

La cohésion sociale, dit-il,  nécessite un ‘’savant mélange’’   de certaines attitudes. 

La capacité de pouvoir mettre de côté son égoïsme personnel, s’engager ensemble, essayer de comprendre les autres, faire la promotion des autres, avoir des idéaux communs sont quelques éléments explique-t-il, qui peuvent aider les organisations à améliorer leurs principes pour  asseoir leur politique de cohésion.

Zétia

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
8 − 6 =