Football : Ce qui a coûté le poste du sélectionneur des éléphants de Côte d’Ivoire

 Intérimaire depuis le départ du Belge Wilmots en novembre 2017, Kamara Ibrahim confirmé le 30 juin 2018, vient d’être remercié pour résultats insatisfaisants, selon les dirigeants de la fédération ivoirienne de football.

Les relations entre l’instance fédérale dirigée par le Président Sidi Diallo et l’ex coach national des éléphanteaux cadets, Kamara Ibrahim  étaient très excellentes à tout point de vue.

Selon des sources dignes de foi, le premier véritable ‘‘coup de gueule’’ du patron de la fédération, envers son sélectionneur s’est produit, lors de la défaite des 11 ivoiriens (0-1) contre le Maroc. C’était à l’occasion  de la deuxième journée de la phase de poule de la CAN en Egypte, jouée le 28 juin 2019. Ce clash s’est produit dans les vestiaires après le match.

Depuis ces remontrances faites à Kamara Ibrahim devant ses joueurs et des membres de l’encadrement technique, le respect à cet homme a foutu le camp. Des proches même de Sidi Diallo et des membres du comité exécutif de la fif n’hésite plus à raconter dans l’ombre, que le costume des éléphants était trop gros pour l’entraineur Kamara.

L’ex butteur des éléphants, Abdoulaye Traoré dit Ben Bady avait déjà annoncé la couleur dans la presse à grand tirage. Il estimait que les éléphants étaient un peu venus trop top pour Kamara Ibrahim.

Après la contre-performance des éléphants à la dernière CAN en Egypte, l’ancien joueur du Stade d’Abidjan et de l’Africa Sport compromet son poste en ne rappelant pas dans son groupe le buteur attitré de Parme Gervinho, meilleur canonnier parmi les meilleurs du championnat italien pour les éliminatoires de la CAN 2021 au Cameroun. Une option qui laisse libre aux critiques qui lui ont été défavorables pour la première et deuxième journée contre le Niger soldé par une courte victoire 1-0 et une défaite en Ethiopie1-2.

Le monde sportif national et international n’ont, dès lors, cessé de fustiger et désapprouvé avec la dernière énergie les choix de Kamara Ibrahim.

Depuis le 19 novembre 2019, après la défaite contre l’Ethiopie, les jours  de Kamara Ibrahim étaient donc comptés à la tête des éléphants. Des voix qui s’élevaient dans l’ombre pour blâmer l’entraineur ont commencé à être officielles. Sous pression de ses proches et de certains membres de comité exécutif qui ne voulaient d’un Kamara à la tête de l’encadrement technique de la fif, un proche du président Sidi Diallo confiait qu’il soumettrait au vote très prochainement le maintien ou le départ de l’entraineur national Kamara Ibrahim.

Et ce moment est arrivé dans la soirée du 13 févier 2020. Ce jour, lors d’une réunion du comité exécutif qu’il a présidé, quatorze membres du comité exécutif sur les dix-huit au total, douze ont demandé le départ de Kamara.

Cinquième sélectionneur ivoirien après Yéo Martial, Gbonké Tia Martin, Lama Bamba et Zahoui François, il ne serait pas exagéré d’affirmer sans risque de se tromper que Kamara paye pour son manque d’autorité comme on a pu le constater dans une altercation en plein match entre Nicolas Pépé et Max Gradel pour le choix du tireur de penalty lors de la première journée des éliminatoires contre le Niger.

Aussi, Kamara serait-il victime de la discorde entre Sidi Diallo son premier vice-président de la ligue professionnelle Sory Diabaté ? Car ce dernier aurait pesé dans la désignation de Kamara à la tête de l’encadrement technique des éléphants.

Les éléphants jouent contre le Madagascar le 23 mars prochain à Abidjan et le 31 mars à Antananariv dans le cadre de la troisième et quatrième journée des éliminatoires de la CAN 2021 au Cameroun. 

Kouamé Blanchard

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
30 ⁄ 5 =